lundi 23 janvier 2017

LES PIONNIERS DE L'ESPERANCE


Cette série SF dessinée par Raymond Poïvet et scénarisée par Roger Lécureux a vu le jour dans le N°45 de vaillant (14 décembre 1945).




La série est alors publiée en couleurs, à raison d'une page par semaine puis passe au noir et blanc quand vaillant, en 1969 après 24 ans d'existence (no 1239) devient Pif gadget.


La série sera publiée jusqu'au 26 septembre 1973, soit le N° 239 de Pif Gadget (Vaillant 1477).

Créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur recommandation personnelle à la rédaction de Vaillant du professeur Alexandre Ananoff, auteur du livre L’Astronautique en 1950 (ainsi véritable « père inspirateur » de Hergé dans la conception de sa fusée lunaire), cette série à orientation pacifiste contait les aventures d'une équipe cosmopolite d'aventuriers, chargée de défendre la planète Terre et ses valeurs de liberté, de fraternité et de progrès social et technologique, contre toutes sortes d'ennemis extraterrestres.

C'est pour cette raison que le titre initial devait être L’Espéros, puis L’Espérance, avant de devenir in fine celui connu par tous (pour « l'espoir d'un monde meilleur », dixit R. Lécureux).


L'histoire commence au moment où la mystérieuse planète Radias se rapproche dangereusement de la Terre en provoquant maints cataclysmes naturels et destructions.

Le conseil mondial envoie alors le vaisseau spatial Espérance à sa rencontre avec pour mission de stopper la menace. À son bord, une équipe de six aventuriers : Robert, un ingénieur français; Tom, un autre Français (Martiniquais) ; Maud, une Américaine ; Tsin-Lu, une Chinoise ; Rodion, un Soviétique et Wright, un Anglais. Ce point de départ est donc le même que celui des aventures de Flash Gordon.

La première page des « Pionniers de l’espérance », parue dans le n°45 de Vaillant, du 14 décembre 1945.
Dès le premier épisode, l'équipe se réduit à quatre membres à la suite du décès de Tom et de Wright. Robert est renommé Tangha, qui a une consonance plus héroïque et « spatiale ». Par la suite, les deux personnages de Maud et Tangha occuperont peu à peu le devant de la scène constituant ainsi, avant Laureline et Valérian, l'un des premiers couples de la bande dessinée de science-fiction.


À l'occasion de la parution de la série en récits complets dans Pif Gadget, Raymond Poïvet expérimenta une technique de dessin au feutre qu'il fut l'un des premiers à pratiquer. Son dessin devint également plus esquissé, donnant parfois l'impression d'une ébauche inachevée (n'oublions pas qu'il fut dessinateur de mode à ses débuts… d'où cette inclination aux croquis rapides mais efficaces, allant à l'essentiel — indispensable dans un prétoire par exemple). Il résulta de l'ensemble une ambiance assez étrange, car à contre-courant des styles graphiques de journaux tels que Vaillant.

Pour consulter la liste complète et détaillé je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous : http://pressibus.org



Sources et infos :




Voici donc les quelques numéros proposés aujourd'hui :



dimanche 22 janvier 2017

Flash Gordon Le Super Géant

















 

Flash Gordon est une revue de bandes dessinées parue aux éditions Dynamisme Presse Édition . 11 numéros de juillet 1981 à avril 1982.



Lien: Flash Gordon - 005

Merci au  scanneur/retoucheur pjp pour cette BD.

Lien: Flash Gordon - 008

Merci au  scanneur/retoucheur Baron/Albert pour cette BD.

Lien: Flash Gordon - 002

Lien: Flash Gordon - 010

Lien: Flash Gordon - 011

Merci aux  scanneurs/retoucheurs/traducteurs/éditeurs pour ces BD. 

Bonne Lecture

samedi 21 janvier 2017

Défi n°14 et 26



Défi est une revue de bandes dessinées en petit format parue chez l'éditeur Edi-Europ ( 1 à 29 ), à la SNEC ( 30 à 42 ) et à la SEPP ( 43 à 64 ). 64 numéros de février 1967 à décembre 1976 au format de parution 13 * 18 cm. En majorité des récits de guerre.


 

Je vous propose Défi n°14-26

Lien: Défi - 014

 


De l'Ouest souffle une violente tempête sur la Manche. De hautes vagues déferlent contre les murs massifs de la position de DCA et le môle voisin., mais les sentinelles, imperturbables, montent la garde. Elles reconnaissent et signalent tout avion ennemi qui tente de s'approcher.
Une forteresse de DCA dans la Manche.

Ouvrage admirable en acier et béton et pourtant ce n’est qu’une minuscule partie de la puissante muraille de défense qui va de la Mer du Nord jusqu’au Golfe de Gascogne.

PK. Reportage photographique du correspondant de guerre Kreutzer.

La muraille de l’Atlantique, ce gigantesque rempart d’acier et de béton, qu’avec l’aide des armées d’ouvriers de l’organisation Todt le génie des constructeurs de fortifications a su créer dans le plus bref délai, montre que, dans cette guerre, la réalité dépasse parfois les conceptions  
La muraille de l'Atlantique, ce gigantesque rempart d’acier et de béton, qu'avec l'aide des armées d’ouvriers de l'organisation Todt le génie des constructeurs de fortifications a su créer dans le plus bref délai, montre que, dans cette guerre, la réalité dépasse parfois les conceptions même les plus hardies de l'imagination. On dirait que des Titans ont, de leurs mains puissantes, construit cette énorme muraille de protection qui s'étend sur une longueur de 2700 kilomètres et comprend une chaîne ininterrompue de forteresses allant des rives de la Mer du Nord au Golfe de Gascogne. Il suffit de montrer une petite partie de ce système de positions défensives modernes pour fournir un exemple de la grandeur et de la puissance du bouclier dressé en avant de l'Europe occidentale. Notre reportage photographique montre une position de DCA dans la Manche, forteresse menaçante et qui, pourtant, n'est qu'un ouvrage avancé du rempart le plus prodigieux de tous les pays et de tous les temps.
La garnison du fortin, entouré de toute part par la mer menaçante, mène une existence de Robinson moderne. Un cargo vient d’arriver de la côte, apportant un chargement important pour la forteresse. -À tout moment l'alerte peut retentir et appeler les hommes à leurs pièces pour envoyer une effroyable grêle de mitraille contre les avions qui attaquent.


Ci-dessus à gauche: Les rampes qui donnent accès au « château-fort » sont protégées, en outre, contre toute attaque, par un fort lacis de barbelés, des barrages de mines entourent à longue distance la forteresse. Un coup de main coûterait cher à l’ennemi.


Ci-dessus à droite: Un escalier étroit, taillé dans le roc, mène à la plate-forme de la forteresse. Les marches en semblent rongées par le temps, comme celles d’un vieux château-fort du moyen-âge. Mais ici la dure réalité ne laisse aucune place à l’idylle et aux rêveries romantiques. Derrière les hautes murailles de béton, la mort et la perdition attendent l’agresseur.

A gauche: Regards et canons sont dirigés vers l’ennemi. En cas de danger, l’énorme bloc de béton, solidement posé dans la Manche, cracherait feu et mitraille. Bombardiers ou chasseurs ennemis reçoivent un salut mortel des pièces de tout calibre, échantillon des surprises désagréables que réserve l’Allemagne à l’adversaire tout le long de la côte qui fait face à l’Angleterre.





Les puissants murs de béton surgissent de la mer. Quelle somme de travail a coûté ce bloc de béton qui barre le passage à l’ennemi, loin devant la côte de la Manche! Et encore n’est-ce qu’un maillon dans la chaîne d’ouvrages fortifiés qui s’étend le long des côtes de l’Atlantique et de la Manche sur une longueur de 2700 kilomètres. Et derrière cette gigantesque muraille de protection, veille le soldat allemand, aguerri dans de nombreux combats, et dont le cœur est encore plus solide que le plus dur béton.




Une patrouille de garde-frontières faisant sa tournée quotidienne. Toute personne 
civile qu’elle rencontre sur la route, doit se légitimer et pouvoir fournir la
 justification de son séjour dans cette zone.

Attention !

Zone interdite !

Les installations militaires le long de la côte de l'Atlantique exigent une surveillance sévère des personnes civiles séjournant sur ce territoire. Ce contrôle rentre dans les attributions des gardes-frontières. Nuit et jour, ces fonctionnaires sont en route le long de la zone côtière interdite. Nous les rencontrons aux gares, voies principales de communication et même sur les chemins de campagne les plus retirés. C’est grâce à leur attention que l'on a déjà plus d'une fois pu arrêter des équipages ennemis qui s'étaient sauvés en parachute et cherchaient à gagner la côte comme de simples ouvriers agricoles, ou empêcher la propagation de matériel de propagande de l'ennemi.


















Ci-dessus: Les pécheurs côtiers ne font pas exception. A chaque départ ils sont contrôlés, et les gardes veillent à ce que les bateaux ne s’éloignent pas trop de la côte.
A gauche : Une voiture de livraison est arrêtée dans une localité et sa charge soumise à un contrôle très sévère.




Ci-dessus: On fait parfois aussi le contrôle de la population travaillant aux champs.

A droite : Le contrôle est particulièrement sévère aux gares. Celui qui veut quitter la zone, doit en avoir l’autorisation.


Photo : PK du correspondant de guerre Zwirn.


















Lien: Défi - 026
 


vendredi 20 janvier 2017

Flash Gordon (Dynamisme Presse Edition) n°3















 

Flash Gordon Guy l’Eclair est une revue de bandes dessinées petit format de chez l’éditeur Dynamisme Presse Edition. 8 numéros au format 13 * 18 cm de janvier 1981 à mai 1982.

Flash et son amie, Dale Arden, sont partis en excursion en avion quand une catastrophe frappe la Terre. L’avion s’écrase sur un terrain appartenant au Dr. Hans Zarkoff, un schizophrène paranoïaque qui a construit sa propre fusée. Il prend nos deux amis pour des espions, et il les oblige à monter dans sa fusée de la façon la plus diplomatique possible ... par des armes à feu. Ils atterrissent  sur la planète Mongo, gouvernée d’une main de fer par l'Empereur Ming. Celui-ci est un dirigeant despotique, imposant sa volonté à travers ses rayons de mort, ses roquettes de guerre et ses robots de toutes sortes. 


Flash Gordon, aidé du professeur Hans Zarkov et de Dale Arden, doit sauver la Terre de l'invasion des troupes de l'Empereur Ming en provenance de la planète Mongo. L'empereur étant un tyran cruel et sanguinaire, il pourra compter sur des alliés au sein de l'empire. La lutte de Flash Gordon contre Ming se résume globalement à une suite ininterrompue de péripéties sans grands liens les unes entre les autres, parfois même coupées de longs intermèdes de découvertes de royaumes tiers.











Pour plus d'informations veuillez consulter la très bonne fiche de Grand Maître A:
http://bdvintagerares.blogspot.be/2015/03/flash-gordon.html#more

Je vous propose Flash Gordon n°3

jeudi 19 janvier 2017

Yataca - 084









 

Yataca est une revue de l'éditeur Aventures & Voyages.
254 numéros de juillet 1968 à août 1989. Revue d'abord en moyen format (14,5x21 cm) tout en couleurs pendant 20 numéros avant de passer en Petits Formats noirs et blanc.
Les numéros en grand format contenaient les aventures de Yataca (clone de Tarzan) enfant, tandis que les petits formats racontaient ces aventures d'adultes sans aucune transition, du moins jusqu'au N°203.
Les derniers numéros abandonnèrent le thème de la jungle pour se consacrer au sport de la même façon que des titres comme « En Piste » ou « Trophée » avec des bandes en grande majorité britanniques.
Une des principales caractéristiques de cette revue est le nombre incroyablement élevé de séries s'étant succédé tout au long des 254 numéros.

Yataca

Le récit des aventures de Yataca, Fils du Soleil, sorte de clone de Tarzan. Les animaux jouent un rôle prédominant dans sa vie.




Pour l’aider dans son combat contre l’injustice, il peut compter sur son ami Umbala, sorte de colosse toujours armé de sa hache fétiche.



































Séries annexes:

Mizomba

Mizomba, jeune blanc recueilli par Mukala chef du village des Walkis. Avec l’âge il devient un vrai guerrier et spécialiste de la jungle à l’instar d’un Tarzan. Il protège la veuve et l’orphelin ainsi que la faune sauvage menacée par l’homme blanc.

Antares


Antarès, arrivé sur terre lors du naufrage d’un mystérieux vaisseau spatial, est recueilli et adopté par le savant Marc Bresson qui a établi un véritable centre de recherche sur l’une des îles de l’archipel de la Solitude, dans l’océan Pacifique. Antarès grandit ainsi dans la paix d’un bungalow solitaire. Il découvre un jour qu’il a des dons exceptionnels : une force de colosse et la capacité de vivre en milieu marin avec l’aisance d’un poisson. Ses meilleurs amis deviennent alors Roal, le dauphin et le sympathique Boul, le poisson-torpille dont la rondeur n’a d’égale que sa gentillesse. 















Pour plus d'informations veuillez consulter la très bonne fiche d'Anacho:
http://bdvintagerares.blogspot.be/search?q=yataca

Je vous propose Yataca n°84


Lien: Yataca - 084